Return to site

Un stage chez auCalme, c'est quoi ?

Je m'appelle Zineb Lahlou, j'ai 20 ans et je suis en double diplôme Business/Droit à l'IE Madrid. Plus tard, j’aimerais fonder une start-up qui mettrait à profit ma passion pour la gastronomie. Pour être tout à fait honnête, l’aspect théorique du business en école de commerce n’a jamais suffi à combler la fibre entrepreneuriale que je renferme en moi. Ce qu'il me faut, c'est vivre une expérience pratique ! Dans ce but précis, il y a 9 mois j'ai contacté Clément sur LinkedIn pour pouvoir faire un stage chez “auCalme”. Deux jeunes de l’ESSEC qui partagent une même passion, venaient de lancer leur start-up.

C'était pour moi l’occasion rêvée !

Ce que vous allez lire est le récit de ma première expérience auCalme.

J-1 : Un cadeau de bienvenue

Ca y est j’y suis, 171 avenue Charles de Gaulle. Stressée et l’air un peu perdu, je regarde autour de moi sans vraiment savoir où aller.

“Zineb ?” me dit un jeune homme avec un grand sourire.

“Exactement ! Tu es Clément j’imagine ? ”

“C’est ça oui ! Et voici Arthur mon co-équipier.”

Je venais à peine de les rencontrer, mais ils dégageaient une énergie positive qui, d’emblée, présageait une expérience prometteuse.

Après ces brèves présentations on m’annonça qu’un peu plus tard dans la soirée un départ pour la Normandie était prévu, dans le cadre d’un shooting photo. Waw ! Me voilà à peine arrivée à Paris, qu’on me propose déjà de visiter les environs. C’est à ce moment précis que je compris qu’auCalme n’allait pas être qu’une expérience professionnelle, mais aussi et surtout une expérience humaine.

En fin de soirée, je retrouvai alors Clément en bas de chez lui pour le grand départ. C’est à ce moment là que je fis la connaissance de Raphaëlle, jeune avocate, et d’Anna la photographe qui allait s’occuper du shooting. Face à la joie et la bonne humeur qui animaient ce long trajet, l’inquiétude de me retrouver entourée d’inconnus, qui eux se connaissaient, se transforma en excitation.

Après deux heures de route, nous arrivâmes enfin. À moitié endormie, je me dirigeai alors vers la chambre qui m’avait été attribuée sans même prêter attention au paysage qui m’entourait. Une chose est sûre, j’étais loin de me douter de la surprise qui m’attendait…

J-2, 8:30 : Au travail !

Le lendemain matin, la lumière du jour vint se frotter à mon visage et attira mon regard vers la fenêtre. Si la veille celle-ci ne laissait apparaître que des ombres, le tableau qui s’offrait à moi ce matin-là me laissa sans voix. Au loin, un magnifique manteau vert recouvrait une prairie qui semblait ne jamais s’arrêter. Ce paysage dégageait une douceur unique, apaisante. Alors c’est ça être auCalme ? Ce sentiment si rare d’être seule au monde et déconnectée de tout ?

Vue depuis un refuge auCalme, grande prairie.

Vue de la chambre d'hôte auCalme

Dans ce décor que je contemplais du haut de ma fenêtre, une table magnifique avait été dressée avec soin. Des amis réunis autour d’une table, du café, des croissants, du fromage, des choses simples n’est ce pas ? Et pourtant, j’étais bercée par un sentiment de quiétude que je n’avais pas ressenti depuis longtemps. Mais le véritable motif du voyage vint rapidement couper court à cette tranquillité : Le shooting photo !

Petit déjeuner lors d'un week-end auCalme. Jus d'orange pressé, café noir, croissants et journal.

Petit déjeuner auCalme

La mission commença au coeur du magnifique jardin du refuge auCalme. Stanislas et Alix, un couple d’amis, se prêtèrent au jeu de mannequin. “Regardez à gauche”, “ un peu plus à droite ” “Stop ! Ne bougez plus”… Clic… Anna était dans son élément et plus personne ne pouvait l’arrêter. Le shooting se poursuivit dans une forêt, à quelques pas du refuge. Voilà bien longtemps que je n’avais pas été aussi proche de la nature et j’en avais même oublié le bien-être que cela procurait. Loin de Paris et son nuage de pollution, je me sentais plus en sécurité. J’avais cette sensation d’être à la fois libre et prisonnière d’une bulle de zénitude dont je ne voulais plus ressortir.

Après deux heures passées dans la forêt, le groupe décida de visiter le château de Saint-Germain-de-Livet qui fait d’ailleurs partie des activités que propose le kit de déconnexion auCalme. Celui-ci à pour but de remplacer les fonctionnalités du téléphone, dont nous avions été privés dès notre arrivée. Jusqu'à présent, je ne me considérais pas comme nomophobe, mais l’envie de mettre “en story” la beauté du paysage ne tarda pas.

Construit en plein milieu d’un lac, le château apporte une touche féerique au cadre qui l’entoure. Je m’imaginais déjà à sa fenêtre à attendre mon prince charmant. Cette psychose prit rapidement fin, puisque c’était dans ce lieu qu’allait se poursuivre le shooting photo.

Jeune femme avec un chapeau devant un château en normandie lors d'un week-end auCalme

Cette fois-ci, c’était au tour de Raphaëlle et Clément de poser devant l’objectif. On me chargea d’assister Anna. Il est vrai que le poste auquel on m’avait assignée manquait d’adrénaline, mais c’était une occasion d’observer de plus prêt le travail d’Anna. Petit à petit, je pris plaisir à jouer ce rôle. J’avais l’impression d’assister à une pièce de théâtre : Il y avait les acteurs qui prétendaient nager dans le bonheur, le metteur en scène qui dirigeait “les talents” et enfin les spectateurs enchantés par la comédie qui s’offrait à eux. Au fur et à mesure du shooting, le couple montra plus d’aisance et de sérieux, un professionnalisme qui promettait des photos de qualité.

Anna, photographe, prend en photo un couple qui fait la sieste sous un arbre auCalme.

Alix et Stan arrivent-ils à faire la sieste ?

Après avoir obtenu les prises qu’il nous fallait, le groupe décida de faire une pause. Une chose est sûre, elle était bien méritée ! Nous fîmes alors escale chez Oliver et Pascaline, deux charmantes personnes qui tiennent un restaurant près du village. Au menu, des escargots à la Normande, du camembert fondu, une bouteille de rosé et pour finir une superbe crème au cidre et aux pommes . Rien de mieux que des plats typiques de la région pour entrer au coeur de ses traditions !

Après ce festin, Arthur proposa de visiter la chèvrerie du coin. Celle-ci est tenue par Vincent et Léa, un jeune couple d’éleveurs. La passion qu’ils partagent pour leur métier, a fait le charme de cette visite. Deux êtres réunis par un même désir : celui de vivre loin de la ville et en compagnie d’animaux. Leur histoire était particulièrement touchante et admirable. Partir auCalme pour un week-end c’est bien, mais aurais-je un jour le courage de vivre auCalme? Affaire à suivre…

A la fin de notre visite, le couple nous proposa du fromage de chèvre. Fromage qui nous servit d’apéritif pour le soir.

Vincent, éleveur, fait du fromage de chèvre.

Vincent et ses drôles de dames

Un magnifique barbecue avait été organisé pour fêter cette première journée de “travail”. Chacun disposait d’une tâche très précise qui lui avait été assignée par Arthur. Dans la cuisine, en compagnie de Raphaël et d’Alix, l’ambiance chaleureuse apportait une touche plaisante à la préparation de ce repas. Une fois la mission de chacun remplie, le moment de passer à table vint enfin. Encore une fois, des choses simples m’entouraient, et pourtant ce repas fut un des plus beaux souvenirs que je retiens de ce weekend en Normandie. La bonne humeur qui animait le repas encourageaient les uns et les autres à partager des anecdotes rigolotes. Plus les histoires s’enchaînaient et plus des liens amicaux se tissaient entre Arthur, Clément et moi. Sur cette belle note la soirée toucha à sa fin; et c’est épuisé par cette première journée que chacun regagna sa chambre.

J-3 : Mission accomplie !

Le lendemain matin, le shooting photo reprit vers 9 heures. Cette fois-ci c’est à l’intérieur de la tour, qui se trouve au fond du jardin, que la magie opéra. L’efficacité de notre “stratégie marketing” reposait sur les épaules d’Anna. La tour en question avait déjà servi à accueillir plusieurs clients, et tous avaient été enchantés d’y passer le weekend. J’enviais Stanislas et Alix, puisque c’est ici qu’ils ont eu le privilège de passer la nuit. Leur expérience laisse aujourd’hui une belle empreinte dans le Livre d’Or auCalme parmi toutes celles qui ont précédé.

Dans ce refuge aux pierres chargées d’histoire, une porte de bois immense accueille les visiteurs. Répartie sur trois étages la tour présente un salon au rez-de-chaussé dans lequel je m’imaginais lire au coin du feu et au sein duquel une délicieuse odeur boisée instaure une ambiance romantique. La cheminée, ornée de briques, apporte à ce salon un caractère accueillant. La chambre située au premier étage se veut intime et chaleureuse avec une vue imprenable sur les vieux chênes du jardin.

Portables enfermés dans une boîte cadenassée au premier plan. Au second plan, un feu de cheminée.

Stanislas attise le feu de cheminée, les portables au premier plan sont sous scellé.

“Regardez vers le feu”, “faites semblant de lire”, “tournez vous vers moi” et … Clic !

Le moment où la dernière photo du shooting a été prise restera gravée dans ma mémoire. Plusieurs sentiments nous submergèrent : nous étions à la fois soulagés, heureux, nostalgiques, et fiers d’avoir rempli nos objectifs du week-end.

Chambre du refuge auCalme

Chambre du refuge auCalme

Ce que je retiens de ce weekend ?

L’importance d’avoir une équipe sur qui compter. Ce sont les personnes qui la composent qui ont permis de travailler dans la joie et la bonne humeur. Nous avons passé des heures à travailler et pourtant, ce n’est pas notre état de fatigue que je retiens mais la satisfaction d’avoir accompli ce pourquoi nous étions venus. AuCalme m’aura appris une chose primordiale ce weekend : Bonne entente, motivation et acharnement sont trois ingrédients essentiels à la réussite.

Ce qui m’a marqué ?

L’expérience auCalme. Ca a été mon premier weekend à la campagne et le sentiment de déconnexion a été omniprésent. Le contact avec la nature et les paysages que j’ai vus m’ont fait énormément de bien. Mais ce n’est pas seulement le cadre qui fait la beauté de l’expérience auCalme, c’est aussi et surtout les personnes que l’on rencontre qui en définissent la richesse. Les producteurs nous ont accueilli à bras ouverts et ont su nous transmettre l’amour qu’ils vouent à la campagne.

En bref, un weekend auCalme c’est tout simplement revenir à l’essentiel.

Merci auCalme !

Zineb Lahlou

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly